Plus que de l’art


Plus que de l'art, je l'appellerais sentiment
celui qui tout en aimant le monde, sur la vie s’est concentré
et qui sur la terre peint un tableau qui rend réel ce moment,
où la pluie chante la chanson que le vent lui a enseigné.

La nuée sombre par la foudre éclaircie,
balance en l'air sans le moindre signe de douleur
et vêtue de sa royauté naturelle, accepte ravie
la voix forte du tonnerre qui sait lui parler d’amour.

Et chaque goutte d'eau est comme un baiser sur la terre,
où le sol se sent comme un ventre enchanté,
germinant la semence dans les plaines ou dans les montagnes,
demeurant dans mes yeux comme un long baiser.

À qui dois-je remercier pour une telle beauté
pour pouvoir sentir que pendant la nuit tant de vie s’anime,
si le nuage cache la lune, le soleil l’illumine
et la pluie devient libre en tombant sur la feuille qui l’a capturée



Poema traduzido por Angela Viegas

Comentários